Navigation

 
 

Le Blog

 
 

Restons connectés

 
Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

DVD

La fête des mères

https://youtu.be/_Ph51CypNig

Marie-Castille MENTION-SCHAAR / DVD MEN CDR

5ème long métrage de Marie-Castille Mention-Schaar, elle brode dans celui-ci, une comédie patchwork sur l'art d'être mère et les relations mère-enfants adultes. Elle a réuni une brochette de stars dans ce portrait choral de la maternité dont Audrey Fleurot en présidente de la république, laquelle n'a pas de nourrice à temps complet !!!!!! passe des nuits blanches et change les couches de son fils l'obligeant à interrompre le conseil des ministres! Peu crédible !
Olivia Côte (Nathalie) quant à elle, est une spécialiste de l'histoire de l'art travaillant sur le regard porté par les artistes sur la maternité et le statut de mère. Elle m'a appris que celle qui a inventé la fête des mères n'a elle, jamais enfanté et était fort fâchée que cette fête soit devenue un moment commercial. Elle fait un beau numéro rageur contre l'injonction à enfanter.
Si le jeu des actrices et des acteurs est excellent, le film par lui-même est décousu. Il reste néanmoins un bel hommage au métier de maman, avec quelques moments d'émotions. J'ai beaucoup aimé, Noémie Merlant, jolie fleuriste, fraiche et émouvante. Ce n'est malgré tout pas un film qui me laissera un souvenir impérissable.

le 23 février, 2019 par Bulle53

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Moi en double

Moi en double

NAVIE et d'Audrey LAINE / BDR MAD M 2018

Navie est une jeune femme pulpeuse, coquette, joyeuse ; elle a un enfant, son compagnon l'aime ; son travail de chroniqueuse, scénariste, lui plaît. Obèse, elle semble accepter son poids, son « double », jusqu'à ce qu'un événement lui fasse prendre conscience du danger qu'elle court : elle a failli laisser son petit garçon se noyer dans la piscine pour ne pas avoir couru assez vite ! Elle a d'abord menti pour fuir cette « obésité morbide » due à l'hyperphagie.
Ce fut ensuite un long combat pour lutter contre son « double ». Avec beaucoup de sincérité, l'auteur raconte les difficultés physiques, psychologiques de sa transformation.
C'est un témoignage touchant, douloureux (p100-101), non dénué d'humour parfois, pour montrer surtout comment être soi, rester soi quand on tue son double (p 110-111).
Bien plus qu'une lutte contre les kilos, c'est un bouleversement profond, une quête d'identité difficile à vivre, pour apprendre à ne plus se battre contre soi mais pour soi.

Les dessins d'Audrey Lainé sont très réussis, expressifs : toutes les « nuances de gris », des pointes de rouge expriment les émotions indicibles. L'absence de vignettes, de cadres, le mouvement des lignes, des courbes, le contraste des couleurs, donnent une impression de rythme, de violence et de liberté, en rapport avec les sentiments exprimés ou non.

le 22 février, 2019 par nisou

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

CD

The art of pretending to swim

The art of pretending to swim

VILLAGERS / 2.2 VIL

Quatrième album du touche à tout musical Conor O'Brien.
L'Irlandais signe un album entre L'indie Folk et la Pop aux allures du groupe français Phoenix.
Prenez un bon verre et écoutez ....ça vaut le détour.

le 22 février, 2019 par Tchonico

> Réagissez à cet article

Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5

DVD

Trois visages

Trois visages

Jafar PANAHI / DVD PAN CDR

Une célèbre actrice iranienne reçoit une vidéo inquiétante d'une jeune fille la suppliant de l' aider à rentrer au conservatoire.
Troublée, elle part dans les montagnes, accompagnée du réalisateur qui joue son propre rôle, retrouver cette adolescente désespérée pour être sûre qu'il ne s'agit pas d'un canular .

Après taxi téhéran, Jafar Panahi nous invite à un voyage dans les montagnes arides d'Iran, près de la frontière turque, là où vit une population oubliée, qui vit aux rythmes de rites ancestraux et où la femme est soumise depuis toujours
Jafar Panahi nous montre là une société fermée, à l'encontre de ses idées, mais ne décrit pas ses concitoyens de façon négative
Il constate un état de fait et nous peint ces homes et ces femmes avec bonté et bienveillance.

Les trois visages représentent les trois âges de la femme ; l'une âgée qu'on ne fait qu'entre apercevoir, danseuse diva bannie car célèbre au temps du Shah d'Iran, la deuxième, héroïne d'une série télévisée archi connue, et la troisième, incarnant la jeunesse et tous les rêves qui vont avec.
Trois portraits de femmes dans l'Iran d'aujourd'hui avec ce que cela implique comme lutte pour vivre sa condition de femmes.
L'actrice principale, Behnaz Jafari joue son propre rôle, actrice de séries télévisées.
Film réalisé dans des conditions minimalistes, vu la situation particulière dans laquelle vit le réalisateur, il n'empêche que les paysages sont magnifiques, arides et chaleureux en même temps, la féminité y est glorifiée par une sorte de douceur poétique, malgré la gravité du sujet.

Un beau film courageux et réussi quand on connait
les interdictions qui pèsent sur Jafar Panahi.
Peinture réaliste de la société iranienne actuelle.
Un engagement à l'état pur.

le 21 février, 2019 par daphne

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Les blessures du silence

Les blessures du silence

Natacha Calestrémé / R CAL B

Eh bien voici un policier qui me réconcilie avec le genre ! Moi qui ne suis pas vraiment attirée par ce genre de littérature.
Amandine mariée, 3 enfants, a disparue.
Suicide? Fugue ? Meurtre ?

On est emmené par ce roman de la vie du policier (à la vie sentimentale un peu compliquée) au quotidien d'Amandine victime psychologique de son mari.
Amandine est coincée dans sa vie avec cet homme parfait vu de l'extérieur. Elle est parfaitement paumée, ne sachant trop comment réagir et ayant toujours envie d'y croire. C'est ça l'emprise d'un bon harceleur qui manie à la perfection les violences verbale et psychologiques.

J'ai vraiment bien aimé ce compte à rebours dans les chapitres et la façon précise et intime dont est décortiqué le processus d'intimidation, la sape systématique.
Très intéressante aussi l'explication du mécanisme par une professionnelle même s'il y a un petit côté spirituel qui peut déstabiliser...

le 21 février, 2019 par chacha

> Réagissez à cet article