Navigation

 
 

Le Blog

 
 

Restons connectés

 
Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

CD

My world

My world

Lisa Simone/ 1.39 SIM

Voici le second album solo de la fille de Nina Simone: après «All is well» sorti en 2014, Lisa Simone revient avec «My world», qui me paraît beaucoup plus cohérent que le premier album.

Le titre de l'album nous invite à faire connaissance avec le monde musical de Lisa, un univers métissé jazz, gospel, world et sonorités funky.
Superbe alternance entre les morceaux très rythmés et des ballades très mélodiques.
Lisa cosigne plusieurs titres avec Hervé Samb, pour un résultat très personnel et abouti.
La voix elle-même a gagné en assurance, à l'image de la pochette qui nous montre une Lisa qui a assumé le difficile héritage maternel.

En conclusion, un album très positif, joyeux et plein de sérénité.

le 29 juillet, 2016 par papéré

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

DVD

Deutschland 83

Deutschland 83

Anna et Jörg Winger/ DVD WIN THR 1

Série qui prouve que les allemands sont capables de faire largement aussi bien que les américains (Homeland) israéliens (Hatufim), français (le Bureau des Légendes) dans le genre espionnage et policier.
Cette histoire qui nous remémore les évènements pré-chute-du-mur de Berlin dans le contexte du projet «guerre des étoiles» de Ronald Reagan et installation de nouveaux missiles Pershing en Allemagne de l'Ouest. RFA et RDA s'affrontent et la tension monte au moment où les forces de l'Otan décident sous la houlette des Etats-Unis de faire une démonstration de force avec l'organisation de grandes man?uvres incluant la simulation du lancement d'ogives nucléaires! Face à un certain Iouri Andropov, paranoïaque comme jamais et bien décidé à tirer le premier.
L'une des principales qualités de cette série allemande est d'échapper à tout manichéisme. Il n'y a pas de bons occidentaux et de méchants soviétiques et vice-versa. La RDA échappe aussi à la caricature. Certes, on manque de beaucoup de choses, à commencer par le vrai café, mais on peut aussi y vivre normalement et même agréablement. A défaut de la liberté d'expression, les murs sont libres. En fait, le réalisateur, qui est allemand, a une certaine tendresse pour ses compatriotes, de quelque côté du rideau de fer qu'ils vivent.
C'est dans ces circonstances que l'inexpérimenté et jeune espion Moritz Stamm est envoyé à l'Ouest par les services secrets est-allemands et se retrouve ainsi pris au piège entre idéologie et morale personnelle.
De grands moments d'espionnage, de maladresses, de situations ubuesques (quand la Stasi découvre la première disquette) et dramatiques (l'irruption du Sida dans la société), le scénario comporte des incohérences et des faiblesses mais l'ensemble tient la route et rappelle beaucoup des films tels que «Goodbye Lenin!» de Wolgang Becker ou «La vie des Autres» de Von Donnersmarck.
Point d'orgue de la série une super bande son des années 80 qui baigne l'ensemble avec David Bowie, Eurythmics, Phil Collins, et la chanson "99 Luftballons" de Nena emblématique de cette période.

le 28 juillet, 2016 par manekineko

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Avenue des mystères

Avenue des mystères

John Irving/ R IRV A

On retrouve dans ce nouveau roman de John Irving toute la verve et l'imagination si propre à cet auteur, et le pouvoir de nous embarquer par des allers-retours constants entre le passé et le présent dans des situations mêlant le réel à l'improbable. Il nous transporte également par sa galerie de personnages originaux, fantasques, ambivalents, cabossés par la vie!
Juan Diego Guerrero, écrivain américain se rend aux Philippines et revit à travers ce voyage, les souvenirs de son enfance au Mexique, au bord d'une décharge publique où lui et sa soeur, Lupe, ont grandi.
Orphelins, ces deux enfants a priori perdus, surtout qu'un accident de camionnette a laissé Juan Diego handicapé, réussissent à s'en sortir, forts d'une grande maturité: lui apprend l'anglais en récupérant des livres dans la décharge et Lupe, dont personne ne comprend le langage, est vent debout les Jésuites et les catholiques qui voudraient leur imposer leurs croyances! «Le miracle, c'est nous, n'oublie pas le miracle c'est nous», ne cesse-t-elle de lui répéter!
La religion est un thème qui revient souvent dans ce roman à l'instar des incarnations récurrentes et multiples de la Vierge. La religion est d'ailleurs très régulièrement raillée quand elle est opposée à d'autres thèmes comme le sexe. Le passage où Juan Diego, adulte, débat de la virginité de la Vierge avec deux de ses fans qui ne cessent en même temps de l'allumer, vaut le détour.

Du sexe, de la foi, donc mais aussi de la douce mélancolie, des désenchantements et des enchantements, des drames et des «revanches» sur la vie, des choses qui font du bien!
C'est donc un roman foisonnant, exotique, divertissant et qui met une nouvelle fois en avant les talents hors pairs de conteur de John Irving.

le 27 juillet, 2016 par Vincent Souverain

> Réagissez à cet article

Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5Note de 5/5

DVD

Le fils de Saul

Le fils de Saul

Lazlo Nemes/ DVD NEM DRA

Saul fait partie des Sonderkommandos, des prisonniers juifs vigoureux qui avaient pour charge de récupérer les vêtements et bijoux des juifs qui partaient à la chambre à gaz, d'entasser les corps livrés à la crémation de masse et d'en disperser les cendres. Ils étaient eux-mêmes éliminés au bout de quelques mois et remplacés par d'autres.
Il croit reconnaître le corps de son fils dans un enfant agonisant et il décide de lui épargner la crémation en lui donnant un enterrement selon le rite israëlite.
Commence alors sa quête pour trouver un rabbin alors que ses compagnons d'infortune fomentent une rebellion.

Le réalisateur emploie une méthode de tournage qui consiste en un gros plan permanent sur l'acteur et qu'il soit face à nous et qu'on le suive de dos, le spectateur est en lui, cherche avec lui, déambule avec lui, est lui.

Pour recréer cette situation invraisemblable des camps de la mort, le cinéaste démarre son film par des images floues, comme si cette réalité sortait d'une irréalité, comme un monde virtuel. Il explique qu'il a voulu montrer que ces pauvres hères étaient capables d'éxécuter ces tâches inimaginables parce qu'on les avait rendus déshumanisés et qu'en fait ils ne voyaient plus rien, ne ressentaient plus rien ne vivaient plus en quelque sorte. D'ailleurs Saul le dit, c'est pire que la mort, notre situation.

Et c'est donc paradoxalement le fait de voir le cadavre d'un enfant qui va lui rendre cette parcelle d'humanité qui lui restait et à partir de ce moment là on commence à distinguer plus nettement, des visages, des formes humaines.

Les voix hurlantes des bourreaux nazis, cette machine inconcevable de destruction systématique, cette négation de la vie, tout cela nous est montré dans un décor confiné, sombre bien-sûr, irréel.

Un film qui pourrait être un documentaire tant il est réaliste, à garder en mémoire comme un témoignage pour nous et les générations futures que l'horreur a existé et qu'elle pourrait ressurgir n'importe quand.

le 26 juillet, 2016 par daphne

> Réagissez à cet article

Informations

Le magazine "Inexploré" est arrivé à l'Albatros

Le magazine

Vous vous posez des questions sur vous-même, sur le but de la vie, sur l'univers et pourquoi pas même autres civilisations, les autres planètes. Vous cherchez plus que jamais des réponses à vos interrogations. J'ai une bonne nouvelle pour vous :

« Inexploré » est disponible dès aujourd'hui dans votre médiathèque l'Albatros. Pour le moment en consultation sur place, en prêt dès la parution du prochain numéro.

Édité par l'Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires (INREES), Inexploré magazine est une revue trimestrielle grand public, unique en France, qui vise un lectorat désireux d?explorer les frontières de la psychologie, du bien-être, de la spiritualité et des sciences. Proposant des dossiers inédits, des interviews exclusives et des articles de références, Inexploré s'affirme comme un magazine de référence pour un public à l'intérêt sans cesse croissant, et en quête de clés de compréhension.

Je vous propose de consulter le sommaire dans le lien suivant :
http://www.inrees.com/Abo/Inexplore-magazine/Inexplore-31/

L'INREES est un Institut réunissant des experts du monde de la science, de la santé, de la psychologie, de la spiritualité et de la culture, autour de ces expériences si particulières, dites inexpliquées ou extraordinaires, qui nous invitent à penser l'humain, la vie et le monde autrement.

J'ai moi-même découvert ce magazine l'année dernière et l'acquiers depuis lors.
Il faut savoir que le fondateur de cette revue est le journaliste et écrivain Stéphane Allix, auteur entres autres du livre « Le Test : une expérience inouïe : la preuve de l'après-vie ? » édité aux éditions Albin Michel, et également disponible dans nos rayons.

Je vous souhaite une belle lecture !

le 26 juillet, 2016 par NININOAH

> Réagissez à cet article