Navigation

 
 

Le Blog

 
 

Restons connectés

 
Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Les mains lâchées

Les mains lâchées

Anaïs Llobet/ R LLO M

Une vague monstrueuse, soulevée par un typhon meurtrier, dévaste les Philippines, emporte des milliers de personnes en quelques minutes et ravage sa myriade d'îles. Sur l'une d'elles, Madel reprend des sentiments, la jeune journaliste se plonge dans son travail, en équilibre entre information et voyeurisme, quand tous les médias du monde se tournent vers les Philippines. Recueillir la parole survivante, nouer des liens avec les rescapés, c'est conjurer la mort. Mais un typhon de cette violence ne laisse jamais en paix ceux qu'il a épargnés.
« Les mains lâchées » est un récit bouleversant, touchant, l'auteure signe un premier roman plein d'empathie. Alors que l'on peut s'attendre à un certain voyeurisme dans ce genre de récit, Anaïs Llobet nous emporte dans un tourbillon de sentiments, sans sombrer dans le mélo et en dépassant le cadre du simple reportage. Elle est présente lors du passage de Yolanda, ce typhon qui a frappé les Philippines en 2013. Elle raconte aujourd'hui avec suffisamment de recul pour éviter les pièges du sensationnalisme ou plus exactement pour nous plonger dans un récit riche de sensations et respectueux. Ce court roman permet de porter un regard sur la fragilité de la vie face à un cataclysme de cette puissance.
Survivante après le déferlement d'un tsunami, dévastateur sur l'une des îles de l'Archipel Philippin, l'auteure évoque cette catastrophe à travers la narration de Madel, journaliste d'une chaîne télévisée locale, qui passe quelques jours chez son petit ami, chirurgien esthétique. Elle est touchée de prêt par ce drame, elle doit accepter la perte de Jan, son petit ami et d'un enfant qu'on lui avait confié. La chaîne de télévision pour laquelle elle travaille lui demande de filmer l'horreur jusqu'à faire pleurer dans les chaumières. Dans sa quête d'images, elle sera accompagnée d'Irène, reporter de terrain qui semble insensible aux douleurs qui les entourent.
La richesse de ce roman, c'est aussi le témoignage des Philippins qui entrecoupent le récit de Madel. Des personnages magnifiques, des pompiers, des médecins, des enfants qui jouent parce que la vie doit reprendre le dessus.

le 03 décembre, 2016 par aneso

> Réagissez à cet article

Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

DVD

Snow therapy

Snow therapy

Ruben Ostlund/ DVD OST CDR

Un couple norvégien et leurs deux enfants partent skier dans les Alpes pour 5 jours, 5 jours qui vont remettre en cause un équilibre familial apparemment parfait. Problématique des gens riches: le mari travaille beaucoup et veut profiter de ce séjour pour passer du temps avec sa famille... jusqu'à ce qu'une avalanche menace de les engloutir et réaction inattendue de sa part: il s'enfuit en sauvant son portable et en laissant femme et enfants. A partir de ce moment de lâcheté il devient un étranger aux yeux de sa famille et de lui-même jusqu'à la rédemption et la réparation.

Ruben Östlund a voulu dans ce film remettre en cause la figure héroïque du père. S'en dégage une impression que "quelque chose de tragique va arriver" sans que cela n'arrive jamais. Cette impression est accentuée par la même musique dramatique qui revient à intervalles réguliers et par le côté oppressant de cette famille qui dort à quatre, se lave les dents à quatre.
Un avis en demie-teinte: le sujet est bon mais le film à l'instar des paysages enneigés reste froid: même lorsque le père sanglote proche de la crise d'hystérie, l'émotion ne passe pas et j'aurais aimé que la tragédie sous-jacente éclate enfin...

le 02 décembre, 2016 par loroleï

> Réagissez à cet article

Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

Livres

Babylone

Babylone

Yasmina Reza /R REZ B

Elisabeth, la narratrice, habite un petit immeuble à Deuil l'alouette, dans la banlieue parisienne. Elle s'est liée avec Jean-Lino, le voisin du dessus, qu'elle rencontre régulièrement dans l'escalier.
Jean-Lino est marié depuis trois ans avec Lydie, une thérapeute un peu fantasque. Il est claustrophobe, a adopté un chat antipathique et il essaie, en vain, de se faire aimer du petit-fils de sa compagne.
Elisabeth et Pierre, son mari, décident d'organiser une fête. Une quarantaine d'amis sont invités dont le couple de voisins.
Tout se passe bien, on boit beaucoup, on rit beaucoup et on se quitte les meilleurs amis du monde.
Elisabeth et Pierre sont à peine couchés que retentit un coup de sonnette: c'est Jean-Lino qui leur annonce qu'il a tué Lydie.
Après avoir constaté le décès de Lydie, Pierre conseille d'appeler la police et retourne se coucher tandis que Elisabeth, après un temps de réflexion décide d'aider Jean-Lino. La suite des évènements est rocambolesque et rien ne se passe comme ils le souhaitent.
Une petite histoire, un fait divers de plus, mais l'intérêt de ce livre réside dans les portraits sans concession, voir féroces, que fait l'auteure de ces bobos sexagénaires qui n'acceptent pas leur âge.
Elle explore les relations avec les parents âgés, avec les enfants, avec les ex-conjoints, entre mari et femme. Les paroles aigres-douces fusent.
Autant de tableaux de la vie quotidienne, c'est drôle, c'est bien vu, mais on rit "jaune".
Si j'ai aimé le style et le sens de la formule de Yasmina Reza, je trouve ce roman très noir. Comme elle le dit dans les dernières pages:
"Il n'y a pas de pureté dans la relation humaine".

le 02 décembre, 2016 par margot

> Réagissez à cet article

Note de 2/5Note de 2/5

Livres

Tout n'est pas perdu

Tout n'est pas perdu

Wendy Walker/ R WAL T

"Avant même sa parution, "Tout n'est pas perdu" a enflammé le monde du cinéma... américain!"... mais ne m'a pas enflammée...
Le narrateur, Alan Forrester est psychiatre. Le livre débute par la description du viol de Jenny Kramer, dans la petite ville où il travaille, récit reconstitué à partir d'indices, de témoignages divers, puisque Jenny a reçu un traitement post-traumatique visant à effacer cette agression de sa mémoire. En fait, le traitement n'a pas l'efficacité attendue, Jenny ne se souvient pas, mais son corps se souvient... Après une tentative de suicide, elle va être suivie par Alan Forrester pour l'aider à se souvenir. Le roman est truffé d' a-priori, d'idées toutes faites dans la description des personnages, sur le rôle d'un homme, d'une femme, sur ce qu'est un ado... Alan Forrester énonce des vérités universelles, selon lui... On a droit aussi à un traité sur la mémoire... à de fréquentes digressions; le narrateur interpelle aussi très souvent le lecteur par exemple: "Qu'ai-je laissé de côté qui vous aiderait à vous la représenter?" Le psychiatre suit Jenny et rencontre les parents Tom et Charlotte individuellement... Sauts dans le temps, propos moralisateurs, ce psychiatre imbu de lui-même, manipulateur ne m'est apparu ni sympathique, ni compétent... (il a "sauvé tous ses patients sauf un...", "Un thérapeute possède d'immenses pouvoirs de suggestion. D'immenses pouvoirs, et je pèse mes mots."). Ce personnage petit à petit, déjà peu sympathique au regard de ses idées va apparaître machiavélique et comme un professionnel sans aucune déontologie... Mais, je dois reconnaître que la fin est originale...

le 01 décembre, 2016 par l.a.lu

> Réagissez à cet article

Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

CD

Un Homme debout

Un Homme debout

Claudio Capéo/ 8.5 CAP

Claudio Capéo de son vrai nom Claudio Ruccolo est né en 1985 à Cernay en France, c'est un chanteur et accordéoniste. Il s'est fait connaître du grand public en participant à la saison 5 de l'émission The Voice. Un artiste au timbre de voix rayonnant qui vous transporte grâce à des mélodies entraînantes. Ce jeune artiste a connu la rue et les difficultés ce qui donne une authenticité à certains de ces titres, une reprise également du titre "Chez Laurette" est une belle réussite.

le 30 novembre, 2016 par boudibou

> Réagissez à cet article