Navigation

 
 

Le Blog

 
 

Restons connectés

 
Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

Livres

Toute la vérité

Toute la vérité

Karen CLEVELAND/ R CLE T

Vivian Miller a une vie "presque" parfaite : un travail prenant comme analyste du contre renseignement à la CIA, une vie de famille "presque" comblée avec 4 enfants et un mari "presque" idéal qui s'en occupe très bien. Mais un jour tout bascule.

En enquêtant sur des agents "dormants" russes (agents volontairement inactifs dont un des objectifs est de couvrir des agents infiltrés sans se faire repérer), Vivian Miller tombe sur une photo qui compromet son mari, Matt. Celui-ci ne nie pas qu'il est en effet un agent dormant au service de la Russie, dont il est originaire. Ce sont dix ans de vie commune qui sont complètement remis en cause. Vivian peut-elle dénoncer son mari, au détriment d'un amour sincère et d'une vie de famille comblée ? C'est le moteur de ce livre.
De flashbacks en questionnements, Vivian Miller va tenter de ne pas trop suivre son instinct, mais plutôt de raisonner comme un agent du contre-renseignement, en prenant des décisions, parfois à ses risques et périls. D?ailleurs, l'auteur, Karen Cleveland maîtrise plutôt pas mal l'art du suspens et le décrit très bien au travers de son héroïne Vivian. Celle-ci est en effet amenée à agir contre son gré, à la merci du chantage russe.

Si "Toute la vérité" est un livre divertissant, plutôt dynamique dans le ton, l'intrigue, et dans lequel on est vite pris par le suspens, celui-ci retombe comme un soufflet. Cousu de fil blanc, il devient juste un livre d'action qu'on oublie très vite. Quel dommage d'ailleurs puisque Karen Cleveland a réellement travaillé plusieurs années comme analyste à la C.I.A. On aurait donc aimé une histoire plus étayée, des détails davantage documentés et une lecture qui va crescendo au lieu de s'essouffler. Alors évidemment, "Toute la vérité" se lit facilement et de manière plutôt agréable mais l'ensemble reste trop superficiel. Finalement on a un peu le sentiment d'avoir perdu son temps !
La fadeur s'empare d'un sujet passionnant, qui au delà du contre-renseignement attire aussi l'attention sur la trahison, le mensonge, le déni et le fait d?avoir dans son entourage proche des personnes que l'on ne connaît peut-être pas aussi bien qu'on le pense !

le 18 mai, 2019 par Léti

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

DVD

Sharp Objects

Sharp Objects

Marti NOXON et Jean-Marc VALLEE / DVD NOX THR

Camille Preaker (Amy Adams), journaliste au St Louis Chronicle est envoyée en reportage dans sa ville natale de Wind Gap, un trou perdu made in USA. Camille va devoir faire face à ses vieux démons et à son alcoolisme afin de réunir des informations sur le meurtre de deux jeunes filles. Glaçant !
Littéralement "sur ma peau"... ce film est inspiré du roman de Gillian Flynn.
Huit épisodes se succèdent dans une ambiance lourde et pesante. Les amateurs de lecture s'y retrouveront tant la mise en scène insiste sur les détails. Une fin époustouflante.

le 18 mai, 2019 par Tchonico

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

DVD

Girl

Girl

Lukas DHONT / DVD DHO DRA

Lara est une adolescente de 15 ans qui se jette dans le travail pour devenir danseuse classique. On découvre vite qu'en fait elle est née garçon et pour devenir une femme, quoi de plus représentatif de la féminité que la danse classique avec ses mouvements tout en grâce.

A force d'hormones, de subterfuges pour masquer ses attributs féminins sous un tutu serré, Lara se glisse dans la peau d'une femme. Très secondée par son père, très à l'écoute, elle n'a plus qu'une étape à franchir et non des moindres, la chirurgie. Remarquable performance d'acteur de Victor Polster qui eut pour ce rôle le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes dans la sélection un certain regard, sorte de festival parallèle à celui de Cannes.
Son double jeu est bluffant et ses silences et expressions corporelles entretiennent le doute que l'on peut avoir à réaliser si il est ou elle est.
Cet adolescent est danseur au royal ballet d'Anvers. Il a assisté à maintes réunions avec des transgenres pour s'imprégner de leurs expériences quotidiennes.
Les mouvements trans ont jugé que le film s'attachait trop à l'aspect physique du personnage. Personnellement je trouve que cette étude soutenue sur le côté corporelle de la métamorphose suffit à elle-même à justifier le côté psychologique que doit affronter le personnage, ne serait-ce que dans les souffrances extrêmes qu'inflige la discipline de la danse classique. Un très beau film qui donne à réfléchir sur le regard des autres

le 17 mai, 2019 par daphne

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Comment tout peut s'effondrer/ AVC 304 SER

Comment tout peut s'effondrer/ AVC 304 SER

Pablo SERVIGNE/ AVC 304 SER

La collapsologie est l'étude de l'effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder. C'est ce constat de multiplication des crises que viennent dresser Pablo Servigne (ingénieur agronome, docteur en biologie, spécialiste des questions d?effondrement, de transition, d?agroécologie et des mécanismes de l?entraide) et Raphaël Stevens (éco-conseiller et expert en résilience des systèmes socioécologiques).
A l'instar des experts de l'ONU qui viennent de rendre un rapport accablant sur la disparition de la biodiversité et la menace qui pèse sur le futur de l'humanité, cet essai publié en 2015 nous alerte sur le risque d'effondrement de la société actuelle.
Leur exposé extrêmement argumenté pose tout d'abord les données chiffrées avant d'expliquer les indices qui tendent à envisager cet effondrement.
Un portait bien sombre de l'avenir qui pousse à s'interroger et à remettre en question notre mode de vie et de consommation.
A compléter, pour une vision globale, par leur second ouvrage : Une autre fin du monde est possible - Vivre l'effondrement et ne pas seulement y survivre.

le 17 mai, 2019 par Aud41

> Réagissez à cet article

Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

Livres

Nous allons mourir ce soir

Nous allons mourir ce soir

Gillian Flynn / R FLY N

Ce petit livre, qui se lit en une heure ou deux, tient plus de la nouvelle que du roman. Pour autant, malgré le nombre de pages restreint, l'auteur réussit à nous brosser un portrait très imagé de son héroïne, nous la rendant attachante. Nous sommes donc curieux de savoir où ce qu'elle vit va la mener.

Élevée par une mère marginale qui emmène sa fille avec elle pour mendier et arnaquer les passants, l'héroïne apprend très vite l'art de la manipulation. En effet, elle découvre dans ces expériences un peu borderline quelles sont les belles histoires à servir pour obtenir le maximum d'aide ou de monnaie.
Quittant dès que possible cette mère irresponsable, elle sera livrée à elle-même et il lui faudra subvenir à ses besoins. Elle utilisera tout d'abord ses compétences en psychologie humaine en devenant une travailleuse du sexe appréciée pour ses grandes qualités d'écoute. Quand une tendinite récalcitrante lui imposera un changement d'activité, elle se reconvertira en devenant « voyante ».
La première partie où l'on fait connaissance de l'héroïne est enlevée, enjouée, avec du rythme. On est vite accroché, même si on ne voit pas du tout où nous emmène l'auteur.

Le récit bascule lorsque la narratrice rencontre Suzan, dans le cadre de son nouveau métier. Cette cliente, très effrayée, fait appel à elle car sa nouvelle maison est selon elle hantée, et son beau-fils adolescent possédé par des esprits mauvais. La « voyante » accepte de l'aider contre salaire, voyant tout d'abord Suzan comme une femme un peu fragile et cette demande comme une aubaine de gagner facilement de l'argent. Mais très vite, elle s'attache à la jeune femme, et surtout elle constate en effet des événements inquiétants et surnaturels autour de la maison. La tension monte peu à peu dans le récit, où nous voilà alors dans une histoire genre « épouvante ». J'avoue que j'ai trouvé cette partie-là un peu moins convaincante. Mais ce n'est pas un genre littéraire que je lis souvent, donc c'est peut-être normal...

On en est en train de se demander si cette maison est vraiment hantée et pourquoi quand le récit prend encore un virage. Et là, je ne veux pas en dire plus car ça risquerait de vous gâcher la fin ?

La fin arrive à surprendre, et dans cette histoire d'arnaqueuse, j'ai fermé ce petit livre en me demandant si au final, ce n'était pas moi qui venait de me faire « arnaquer » par l'auteur qui nous emmène en quelques pages exactement là où elle veut, en nous ayant au passage fait vivre quelques jolis instants d'émotion .

Voilà, j'ai passé un moment agréable, même s'il ne sera sans doute pas inoubliable. J'ai beaucoup apprécié le début, même si j'ai été un peu moins convaincue par la chute.

le 16 mai, 2019 par Li8ellule

> Réagissez à cet article