Navigation

 
 

Le Blog

 
 

Restons connectés

 
Note de 2/5Note de 2/5

DVD

Vernon Subutex 1

Vernon Subutex 1

Cathy Verney / DVD VER DRA 1

Cette série produite par Canal+ est tirée du roman en trois tomes de Virginie Despente.
Vernon Subutex un ex disquaire quadragénaire inspirant et incontournable des années 90, et DJ talentueux entouré d'une cour de fans, avant la disgrâce des vinyles se retrouve à la rue, expulsé de son logement.
Il va donc retourner vers les anciens amis de sa bande "revolver" afin de trouver où loger, dont le premier Alex Beach, star sur le retour qui meurt d'une overdose en lui confiant 3 cassettes de confession qui vont devenir objet de convoitise.
J'ai peu accroché à cette série même si quelques acteurs sortent du lot, comme Romain Duris qui incarne avec talent Vernon et aussi et surtout pour moi, Céline Salette qui a su ne pas seulement se contenter de jouer avec justesse son personnage de la «hyène » (la femme de main d'un producteur de cinéma, sorte de couteau-suisse mi ange mi démon) mais l'a interprété lui donnant ainsi un sacré charisme.
Vernon ce personnage atypique est à la fois touchant et drôle dans sa façon d'aborder sa déshérence mais aussi surtout agaçant, une caricature d'adulescent opportuniste.
Pour les nostalgiques de la musique des années 90, il est vrai que la bande originale est plus qu'intéressante et riche (le CD de la BO est disponible aussi à la médiathèque).
Finalement, peut être que le défaut de cette série pour moi est qu'elle est trop musicalement ciblée « fans des 90 » car si les références musicales qui sont le liant voire une tentative de « personnalisation », ne vous parlent pas plus que çà, comme moi, alors le reste, c'est-à-dire le scénario des circonvolutions de Vernon dans Paris et son passé ne sont pas suffisant pour rendre cette série accrochante, déjà, sans lui demander d'être exceptionnelle.

le 02 juillet, 2019 par déLivrémoi

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Edith et Olivier

Edith et Olivier

Michèle Forbes / R FOR E

Difficile d'échapper à l'infinie tristesse de ce roman !
Pourtant tout avait bien commencé entre Olivier, illusionniste de talent, et Edith, pianiste pleine de fantaisie . Entre eux c'est l'amour fou et la naissance des jumeaux vient les combler .
Mais très vite , Olivier est dépassé , il n'a aucun sens des réalités mais de sérieux problèmes avec l'alcool .
Au fil des pages , on suit la lente descente d'Oliver et de sa famille dans la misère . Bien sûr , il y a des explications à cette fragilité : un père alcoolique qui le terrorisait , une mère aimante mais tragiquement décédée , la misère en Irlande , la guerre, des directeurs de salle de music-hall peu scrupuleux...
L'arrivée du cinéma contribue aussi à vider les salles de spectacle.
Malgré l'amour d'Edith ,et son soutien indéfectible, il s'obstine à vouloir être en haut de l'affiche jusqu'au spectacle de trop où il met en danger sa femme et son fils .
J'ai beaucoup aimé ce roman qui se déroule au début du siècle dernier mais pourrait toujours être d'actualité .Il nous montre que l'amour ne peut pas tout quand les blessures de l'enfance sont trop grandes .

le 29 juin, 2019 par margot

> Réagissez à cet article

Note de 3/5Note de 3/5Note de 3/5

CD

Begin Again

https://www.youtube.com/watch?v=6Y96XTJHY08

Norah JONES /1.39 JON

Begin Again est le Septième opus de Norah Jones. Il s'agit d'un album court de 7 titres enregistrés sur des séquences courtes et parfois improvisés.
Alors certes la performance est belle et l'album léger, mais j'aime Norah Jones la jazz woman et pas forcément la folk-country-girl.
Du coup, à part 2 titres à en sortir comme It was you et Begin Again imprégnés de l'univers Jazzy de NJ, je trouve le reste de l'album sans grand intérêt.

le 29 juin, 2019 par Arno

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

DVD

Moi, Tonya

Moi, Tonya

Craig GILLEPSIE / DVD GIL BIO

Moi, Tonya est un film qui retrace la véritable histoire d'une figure emblématique du patinage artistique mondial dans les années 80, Tonya Harding et du fait divers auquel elle a été associée: l'agression de sa concurrente, Nancy Kerrigan.
Au-delà de l'histoire c'est vraiment le ton et le parti pris du film de raconter la vie terrible de Tonya Harding de façon humoristique et décalée qui sont intéressants. En effet, entre une mère maltraitante et un mari violent, Tonya aurait pu être une Cosette des temps modernes mais non...grâce à l'utilisation de ressorts tragi-comiques comme la réalisation sous forme de faux docu-fictions, les répliques face caméra et les interviews de personnages.
Un des atouts du film est aussi de s'interesser aux performances sportives de la patineuse que tout le monde avait oubliée et que le film se charge de nous remettre en mémoire.
Bref, une belle découverte que ce film!

le 28 juin, 2019 par loroleï

> Réagissez à cet article

Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5Note de 4/5

Livres

Les deux morts de Quinquin-la-Flotte

Les deux morts de Quinquin-la-Flotte

Jorge AMADO / R AMA D

Jorge AMADO, (1912-2001), romancier brésilien, auteur du célèbre"Bahia de tous les saints "nous raconte ici l'histoire merveilleuse des " Deux morts de Quinquin-la -Flotte."
De son vrai nom, Joaquim Soares de Cunha, c'était un homme respectable,fonctionnaire, bon père de famille, qui décide de tout abandonner pour vivre en « Roi des vagabonds » dans les bas-fonds de Bahia. « Le grand tafiateur de Salvador »mène joyeuse vie avec sa maîtresse et ses compagnons de rue jusqu'à ce qu'on découvre son cadavre dans une cabane de Bahia.
Sa famille décide de lui organiser un enterrement de première classe mais économique ! Le mort semble toujours sourire, bizarre !
Quand ses amis arrivent, il semble ressusciter. Ils vont lui offrir une vraie sépulture !
On se laisse emporter par cette courte « novella », à la fois réaliste, poétique et amusante. Jorge Amado critique avec ironie la société bourgeoise et conformiste, hypocrite et avare mais il montre une vraie tendresse pour les gens simples et vrais, bons vivants, aux qualités de coeur.
Une longue préface de Roger Bastide replace le récit dans le contexte historique et littéraire du Brésil. Ecrivain communiste, exilé en Argentine puis en France, Jorge Amado a poursuivi des études de droit et a toujours gardé un amour profond pour les gens de Bahia.

le 28 juin, 2019 par nisou

> Réagissez à cet article