Page

 
 

Economie

 

Vivre Armentières > Economie et Emploi > Economie >

Economie




Soutenir le dynamisme économique

Le dynamisme économique d’Armentières est intimement lié à la vitalité du Nord en général et de la Métropole lilloise en particulier : ils sont unis dans les moments douloureux de récession et s’associent pour rebondir et relancer la machine économique. Ainsi, ils ont subi avec la même violence le choc de la fermeture de leurs industries textiles et brassicoles et se sont adaptés, ensemble, à la nouvelle conjoncture du marché de l’emploi pour encourager la création d’emplois dans le secteur tertiaire notamment. Ainsi, l’économie de la Métropole lilloise - qui inclut les chiffres d’Armentières - a connu un important changement structurel puisqu’en 1975, l’industrie représentait 49% de l’emploi global et le tertiaire 47 % alors qu’en 1998, ces proportions avaient déjà basculé à 21,5% pour l’industrie et 78% pour le tertiaire. Et, à Armentières même, 106 entreprises relevaient du secteur industriel en 1996 contre 83 au 1er janvier 2007 et plus de 300 entreprises de services (aux entreprises et aux particuliers) existent aujourd’hui alors qu’elles n’étaient que 182 en 1996, chiffres qui sont les signes évidents que le visage économique de la ville continue sa mutation.

Le salut économique est donc passé par le tertiaire et, aujourd’hui, les résultats sont plutôt encourageants avec un taux de chômage qui s’aligne désormais sur le taux de la région Nord-Pas de Calais (environ 13%). Cette première bataille remportée sur le front de l’emploi est avant tout une stratégie d’équipe puisque la ville n’est pas seule face à ses enjeux économiques : son développement s’effectue dans un cadre plus global et en partenariat avec de nombreux acteurs institutionnels dont le Conseil général, le Conseil régional et la Communauté urbaine de Lille qui dispose aujourd’hui de la compétence économique. Ces multiples partenariats insufflent l’impulsion et les financements nécessaires pour dynamiser de façon harmonieuse et en douceur le tissu économique de la ville.

Ainsi, la Communauté Urbaine de Lille, qui exclut aujourd’hui la construction de zones d’activités tentaculaires, fournit un effort important sur la qualité de l’aménagement et de l’environnement des nouveaux sites pour attirer les entreprises de plus en plus soucieuses de leurs conditions de travail. Le développement d’Eurolys illustre cette mutation : la zone d’activités économiques va s’agrandir de 2,3 hectares avec des constructions de bâtiments en HQE (Haute Qualité Environnementale) pour accueillir de nouvelles entreprises.

Si Armentières connaît ses atouts, notamment géographiques, elle a également identifié depuis longtemps ses inconvénients auxquels elle ambitionne de trouver des solutions. Elle manque de foncier disponible : elle rénove ses friches industrielles pour accueillir de nouvelles entreprises. Ainsi la Ruche des 2 Lys, la plus grande de France qui propose de vastes locaux entre 200 à 300 m² et attire ainsi des entreprises qui ne trouvent pas l’équivalent à Lille. La Ville est cernée par une frontière, une voie ferrée et la Lys : elle creuse un passage sous les voies de la SNCF, aménage des boulevards pour irriguer la zone d’activités et travaille ardemment à créer un nouveau pont sur la Lys et un nouvel échangeur sur l’A25. A chaque obstacle, des stratégies sont échafaudées et mises en place même si leur réalisation demande parfois des montagnes de patience et des débauches d’énergie. Jamais de résignation : la métamorphose économique d’Armentières continue.

MENU
PORTAILS
RESEAUX
Vivre Armentières Tourisme Médiathèque Espace Famille Archives municipales Centenaire 14-18 Fête des Nieulles
Facebook Youtube Twitter Google plus Flickr